Pouvez-vous identifiez tous ces films des '80s à partir d'une image?

Par: Ana Todorovic

Des professeurs universitaires décident d'ouvrir une société d'investigations paranormales et de capture de fantômes nommée S.O.S. Fantômes.

Retour vers le futur, c’est l’émerveillement de l’aventure. Une trilogie mythique où le spectateur embarque dans de folles expéditions à bord d’une DeLorean customisé en machine à remonter le temps.

Après la destruction de l'Étoile noire, l'Empire fait tout pour traquer et anéantir les rebelles qui se sont réfugiés sur la planète Hoth.

Dès sa sortie de prison, Jake Blues est emmené par son frère Elwood chez Sœur Stigmata qui dirige l'orphelinat dans lequel ils ont été élevés.

5 lycéens totalement opposés se retrouvent en colle un samedi après-midi. Au fur et à mesure que la journée passe, ils se trouvent des points communs.

Nos héros partent sauver Han Solo tandis que Luke devient le tout dernier Jedi.

Astoria pendant l’été 1985. Alors que les terribles Fratelli s'évadent de prison, des gamins trouvent dans un grenier une carte au trésor menant à un pirate.

Rester sous la couette par un jour de maladie un jeune garçon va avoir la visite de son grand-père venu lui lire une histoire.

Un justicier déguisé en chauve-souris, Batman, sème la peur parmi les malfrats qui ont fait de Gotham City la ville du crime et de la violence.

Paru en 1979, le roman homonyme de Michael Ende raconte les aventures de Bastian au Pays de Phantàsien (devenu Fantasia au cinéma).

Après le flop public et critique de Barry Lyndon, Kubrick a certainement besoin de remonter sa cote, en adaptant cet auteur de best-sellers qui monte, Stephen King.

Pour son premier film, Chris Columbus se laisse déjà envahir par les gamins. Elisabeth Shue campe une baby-sitter en vadrouille dans la nuit de Chicago.

Premier film de John Hugues, juste avant le très réussi Breakfast Club et des choses bien moins agréables. Un film d’ados, forcément.

Le Scarface de 1932 par Howard Hawks reste intact dans la mémoire des cinéphiles puisque de Palma choisit pour ne pas abimer ce chef-d'oeuvre, de situer son remake actualisé dans la mafia cubaine à Miami.

Dans la filmographie génériquement hétérogène de Kubrick, la guerre a déjà été traitée : "Paths of glory" dénonçait, Dr Strangelove satirisait !

Tout commence par une intro bien mythique sur le Danger Zone de Kenny Loggins !

John Hugues poursuit son exploration de l’adolescence avec une constance qui laisse pantois. Ici, la journée buissonnière de Ferris Bueller, le type le plus cool du lycée qui veut s’offrir une dernière bringue d’enfer avec son meilleur ami et sa petite copine avant que les aléas de la vie ne les séparent.

Quand durant le tournage de Terminator, les producteurs de la Fox offrent à Cameron la possibilité de donner une suite à Alien, le huitième passager, sous réserve des recettes qu'engrangera son robot, le jeune réalisateur ne se fait pas prier.

"Viens me voir à Los Angeles, on passera Noël en famille, on fera la fête..."

Bonjour les vacances (National Lampoon's Vacation) est une bonne comédie américaine assez transgressive réalisée par Harold Ramis, écrite par John Hughes .

C’est Michael McDowell qui signe le scénario, mais pas étonnant qu'il vous ait plu, Monsieur Burton. On y retrouve des personnages hauts en couleur, et une histoire qui relie comédie et horreur.

Après que leur bateau se soit échoué, deux jeunes enfants se retrouvent seuls et isolés sur une île déserte. Ils grandissent ensemble et des sentiments commencent à les envahir.

Dalton a toutes les qualifications requises pour avoir un boulot stable et une vie tranquille, mais il préfère vivre sa vie. Voilà pourquoi il se retrouve vigile au Double Duce.

La bande des Greasers, des délinquants issus des quartiers défavorisés, s'oppose aux Socs, des fils de bourgeois.

Eliott est un garçon vivant avec sa mère divorcée, son frère et sa sœur. Une nuit, il se fait un ami pas comme les autres : E.T. l'extra-terrestre.

Énorme succès à sa sortie, Airplane aura relancé le genre jugé désuet du pastiche, le poussant dans ses derniers retranchements et y incorporant des éléments qui seront énormément réutilisés dans les années à venir, notamment les nombreuses références cinématographiques ou culturelles du moment.

Il s'agit d'une ode dégoulinante aux valeurs telles que l'amitié, la liberté, le tout dans un contexte dénonciateur d'un système de pensée rigide et puritain.

Sarah Connor ?

Pendant ses vacances, elle découvre le monde de la danse et tombe amoureuse de Johnny, un professeur d'un monde très différent.

Lucy emménage avec ses 2 enfants dans la petite ville de Santa Clara.

Trois ans après ses derniers exploits, Max Rockatansky n'est plus vraiment le guerrier de la route. Sillonnant le désert sur un chariot tracté par des chameaux, l'ancien policier semble bien loin de toute trace de civilisation.

Les aventuriers de l’arche perdue : derrière ce seul titre se cache toute une dimension du cinéma de divertissement que Spielberg et sa clique vont mettre en place pour les décennies à venir.

Dans le futur, les réserves de pétrole sont épuisées et la violence règne sur le monde. Max se porte au secours d'une communauté de fuyards.

Au cœur de l’Antarctique, une équipe de scientifiques découvre une créature gelée. Ramené à la vie, le monstre décime les membres de l'expédition.

L'empereur Shaddam IV règne sur l'univers. Se sentant menacé par le pouvoir des Atréides, il extermine sur la planète Dune ce peuple valeureux.

John G. Avildsen n’est pas uniquement le réalisateur oscarisé de Rocky, il a aussi lancé dans sa carrière particulièrement anémique un autre "grand" cycle du film sportif : Karaté Kid !

Un prince africain est coincé dans un mariage forcé pour ses 21 ans. Il part à New York pour trouver la femme de sa vie et fait semblant d'être pauvre.

Une et deux, Freddy te coupera en deux. Trois et quatre, remonte chez toi quatre à quatre. Cinq et six, n'oublie pas ton crucifix...

Une petite balade féerique dans un labyrinthe, dans lequel rien ne vous soutient pour atteindre vos buts ? C’est ce que le réalisateur et marionnettiste Jim Henson nous sert comme scénario.

Evil Dead, premier volet de la trilogie qui fit la réputation de Sam Raimi. Ce classique parmi les classiques, ayant généré une ribambelle de films plus ou moins réussis du même genre, The Evil Dead a même eu droit à son pastiche de qualité durant la première partie du tout récent Cabin in the Woods.

Nous sommes donc au début des années 80 et la mode est aux films d'ados depuis le succès de "American college" et autres "Porky's. Basé sur les chroniques écrites par Cameron Crowe, le film suit l'histoire d'un groupe de jeunes étudiants dans le sud de la Californie.

Deux policiers de Los Angeles aux caractères divergents sympathisent et tentent de démanteler un trafic de drogue. Martin Riggs est l'Arme fatale.

Qui n'a pas rêvé un jour de créer l'homme ou la femme parfaite, une créature de rêve dont l'unique raison de vivre serait de réaliser nos fantasmes lubriques les plus fous ? Venant tout juste de propulser le film d'ados au sommet avec "Sixteen candles" et surtout "Breakfast Club", John Hugues tente à sa façon l'expérience.

Les nazis sont sur la piste du Saint Graal, tout comme le docteur Jones. Quand ce dernier disparaît, c'est son fils Indiana qui part à sa recherche.

Stand By Me est un film à part dans le monde du cinéma. Déjà parce qu'il vient du bouquin de Stephen King et qu'il n'a rien de fantastique. Stephen King a tout simplement repris ses souvenirs d'enfance. Stand By Me est un film qui traite donc de l'enfance, de l'innocence. Point donc ici, de perte de virginité et autres obsédés sexuels des films pour ados des années 2000.

Parti à la recherche d'une équipe de conseillers militaires dans la forêt équatorienne, un commando est attaqué par un ennemi invisible ! Un tigre ? Un lion ? Un alien !

Nombreux sont les spectateurs de "Blade Runner" à jamais marqués par le monologue final de Roy Batty. C’est un frisson ininterrompu, le temps de quelques lignes prononcées par un Rutger Hauer littéralement habité par son rôle.

Techniquement parlant, "Il était une fois en Amérique" se présente comme une apothéose de virtuosité atteignant les sommets du septième art . Rapidement, Leone va bouleverser le code narratif habituel avec par exemple cette séquence d'anthologie où 22 sonneries de téléphone vont relier plusieurs scènes et plusieurs époques entre elles. "Il était une fois en Amérique", une exploration cinématographique de la notion du temps et du processus de mémoire.

Sympathique comédie dramatique tournant en dérision les clichés et codes des films d’ados de l'époque, Breakfast Club en tête, Heathers suit les pérégrinations de Veronica avec les affres de la popularité lycéenne dans les 80s. Se retrouvant au sein du groupe des "Heathers", trois filles portant toutes le même prénom et plus craintes qu'aimées, elle vogue entre blagues, nerds et punks !

Gagner ou mourir est un film d'ados légendaire aux États-Unis. Il a révélé John Cusack, un an après son premier grand rôle dans The Sure Thing, et quelques années avant qu'il ne crée Lloyd Dobler. Mais s'il fallait en expliquer le succès, cela pourrait très bien se résumer à : c'est complètement stupide, et c'est pour ça que c'est un film culte.

Découvrir plus de quiz

Image: Test Hero Credit

A propos de ce quiz

Les années 80 offrent de nombreux films de grande qualité. Autrefois, les films étaient plus simples, plus naïfs. Pour autant, le niveau de nudité était supérieur. La libération sexuelle a beaucoup aidé. C’est la génération qui invente le référencement cinématographique. En France, c’est la Commission de classification des œuvres cinématographiques qui désigne l’âge de référence des émissions et films du petit et grand écran. De nature consultative, son avis est requis par le ministre de la Culture. Pourtant, son avis n’a pas de valeur légale. Elle est issue de la Commission de contrôle du Centre national du cinéma et de l’image animée, instituée le 3 juillet 1945.

Malgré l’amour que les fans de cinéma ont pour cette génération, de grands artistes se sont levés pour dénoncer l’indigence de cette décade (au moins en matière de qualité), dont Quentin Tarantino qui fustige les années 80 dès qu’il le peut. C’est le début des films d’épouvante et de science-fiction ! Star Wars sort en salle en 1977, et c’est le début d’une aventure qui perdure de nos jours, avec plus ou moins de succès. Hollywood ne brille pas par sa créativité en ce moment. 

Pour notre quiz, il vous suffit d’avoir une bonne mémoire et un amour du cinéma américain pour grand public !

À propos de HowStuffWorks Play

Qu'est-ce qu'un indice d'octane? Et comment utilisez-vous un nom propre? Heureusement pour vous, HowStuffWorks Play est là pour vous aider. Notre site web récompensé offre des explications fiables et faciles à comprendre sur le fonctionnement du monde. Qu'il s'agisse de quiz amusants qui font le bonheur de votre journée, de photographies ou de listes fascinantes, HowStuffWorks Play a quelque chose à offrir à tout le monde. Parfois, nous expliquons comment les choses fonctionnent, d’autres fois, nous vous posons la question, mais dans tous les cas, nous sommes toujours en train d'explorer au nom de l’amusement! Parce que l'apprentissage est amusant, restez avec nous!